Poems

Exil

L’exil m’érode, tige dans la tempête de dune / Les vertiges, nausées du sevrage, me renversent / chiffon que le vent agite / sur les piquets des campements désertés / Le parfum de la nostalgie m’étouffe / comme un enfant entraîné par le reflux des vagues / Le soleil dessèche mon cœur / Mes yeux sont tannés par le regard de l’étrangeté / grimaces de fantômes / Les soucis ont creusé mes tempes / des rivières, marques de la vie / rides d’une pastèque abandonnée / sur les pas de la caravane / qui relie Ghadamès à Tombouctou / Mes souvenirs sont figés dans les mirages du temps / Aujourd’hui, des milliers de milliers d’étapes / vallées de vipères, falaises de fumées-ténèbres / me séparent des campements de jadis / où les corbeaux ont dévoré les rayons de la vie nomade
 
L’exil me noue comme les cordes de marins
 
L’angoisse m’élime en une aiguille de douleur
 
Des années et des années sont passées / Je suis la trace de mes rêves / Tant de nuits ont coulé derrière moi / Je danse dans les flammes
 
J’ai goûté la sève des fruits de tout l’univers / les parfums de toutes les fleurs / menthe, jasmin, grenadier / fraîcheur du palmier / jardins, ombres des palais / mosquées du lointain orient
 
J’ai écouté l’écho des larmes / métissage de tous les accords / Je me suis bercé à toutes les aurores-balancelles
 
Mais rien n’a adouci mes gémissements
 
J’ai dit / Où sont les tentes de jadis / imprégnées de l’indigo d’ahal ? / Où sont les tentes d’autrefois / ouvertes vers l’horizon des étoiles / le désert de la liberté errante ? / Où sont les saisons de la transhumance / Cours d’amour et de beauté ? Où sont les plaines de mirages / où pâturent les jeunes chamelles / aux gazelles mêlées / gardées par des garçons / tresses serrées dans la ceinture
 
O jusqu’à présent, j’entends les cris de joie / des braves guerriers / Je vois encore dans le soleil couchant / la silhouette des antilopes au cou élancé / les maîtresses de l’ahal / Sourire de la lune
 
Kha ! caresse fine des doigts / sur le violon de l’honneur / qui nous allie au toit des constellations / hors du temps
 
Khay ! Mes brûlures n’ont pas de remède / car mes rêves sont emportés / dans les tourbillons d’acier / des machines-dragons / entre la patte des hyènes
 
Quelle erreur de confier le gouvernail / du vaisseau de la vie à des épouvantails / qui le font dériver dans la tempête
 
Nous emporterons l’étincelle de cet exil / jusqu’au trône des galaxies / au royaume des éclats qui plongent / dans les océans de lumière / Car la douleur de notre exil se confond / avec celle des gémissements de l’âme / voyageuse / des corps-pierres jusqu’à l’absolu
 

Share this poem