Poems

Le soufi élégant

Quand le soufi découvrit le drap anglais, le cachemire et le foulard de soie,
il déchira sa tunique de laine grossiere: « Je me sentirai mieux dans ces
étofffes, se dit-il. Elles donneront de la grâce à mes génuflexions. Je vais me couper cheveux et barbe, me brosser le dents trois fois par jour, utiliser comme déodorant une bonne eau de Cologne, jeter aux orties ma natte pourri et la remplacer par un vrai tapis zemmour. Je me présenterai net et propre devant Dieu et m'est avis que mes prières gagneront en pureté. Dorénavant je ne vivrai plus d'aumônes. Je vais me trouver un travail honnête et d'un rapport honorable. Je me mêlerai à mes semblables, connaîtrai leurs soucis, apprendrai leurs blasphèmes, m'initierai à leurs amours terrestres, gouterai à leurs vins terrestres et peu à peu les ramènerai sur la voie du Mystère. Au fond, ma vie ne changera que de forme mais j'aurai inauguré une nouvelle voie mystique, celle de soufis élégants.»

Share this poem